Dexter saison 4

Posté le 7 février 2010 
Catégorie séries

Dexter saison 4Qu’elles semblent loin les premières saisons de Dexter, celles où l’on découvrait, presque avec surprise, que notre cœur de spectatrice pouvait vibrer pour un héros aussi sombre. C’était l’époque où Dexter Morgan, officier de la crim’ de Miami et serial killer, recelait encore une part de mystère. Epoque désormais révolue puisque cette saison 4 offre douze épisodes en demi-teinte, alternant le bon et le moins bon.

Commençons par les déceptions. Il fallait sans doute s’y attendre, mais une série qui repose sur un concept aussi fort ne pouvait, à terme, que perdre en intensité. Et c’est cette saison 4, pourtant loin d’être la plus faible du lot, qui en révèle les limites. Car si elle offre enfin à Dexter un adversaire à sa mesure, elle banalise le serial killer au point de le rendre aussi dérangeant qu’un… docteur House, par exemple. Notre serial killer préféré (interprété par Michael C. Hall) est désormais un héros de série lambda, et ses ambigüités, pour intéressantes qu’elles soient, ne suffisent plus à pousser le spectateur dans ses retranchements. Certes, Dexter reste un personnage aux multiples visages – bien obligé vu le dark passenger qu’il trimballe sur le siège avant de son existence. Mais c’est le père de famille qui est cette année mis en avant, le serial killer étant, lui, relégué au second plan. Preuve en est le petit nombre de criminels qui finit sur sa table à découper. Non pas que l’on soit particulièrement fan des mises à mort, mais ces scènes-là ont le mérite de montrer à quel genre de personnage on a affaire. Le générique détourné dans le premier épisode résume à lui seul une bonne partie de la saison : ce n’est pas Dexter, portrait of a serial killer mais desperate Dexter. Et donc, comme dans toute banlieue américaine, on s’ennuie tranquillement et on tourne en rond.

Au rayon des réussites, il y a évidemment le Trinity Killer : une sorte de double de Dexter, en mieux ou en pire selon où on se place. Un être vicieux, pervers et particulièrement flippant (génial John Lithgow), vers lequel Dexter se tourne pour tenter d’apporter des réponses à sa propre vie. Comme il l’avait fait dans la saison 3 avec Miguel Prado. Cette recherche d’une figure paternelle qui lui permettrait de s’affranchir du code de Harry est bien sûr au cœur de la série, et devrait continuer à l’être l’an prochain. Le Trinity killer sauve la saison, charriant néanmoins avec lui les incohérences habituelles, fruit d’intrigues ficelées à l’arrache – malheureusement la marque de fabrique de Dexter.

Alors que l’on pensait l’avenir de la série un rien compromis, voilà que l’épisode final vient soudain relancer notre intérêt. Et pose la question de cette saison 4 : transition ou fin de cycle ? Seule la saison 5 le dira…
Ca va être long !

Dexter saison 4
★★★☆☆
Créé par James Manos Jr
Avec Michael C. Hall, John Lithgow, Julie Benz, Jennifer Carpenter…
12 épisodes.

Related Posts with Thumbnails

Comments

9 Responses to “Dexter saison 4”

  1. anjelica on 9 février 2010 7:12

    je n’ai pas accroché à cette série, trop amorale pour moi !

  2. Gaëlle Nohant on 9 février 2010 14:17

    “Desperate Dexter”, j’aime et ça lui va comme un gant pour cette saison 4 ;-) Il m’est toujours sympathique, même si tu as raison de préciser que la série perd de son intensité à mesure que les saisons s’allongent. J’espère en la saison 5.

  3. Emma on 9 février 2010 16:21

    angelica - - mais Dexter est un être très moral : il ne tue que des criminels qui peuvent s’estimer heureux de ne pas finir sur une chaise électrique… ok, j’exagère :-)

    Gaëlle Nohant - - Dexter reste évidemment un personnage sympathique, peut-être trop. Il faut qu’il retrouve une part d’ombre. J’espère également que la saison 5 va apporter quelque chose de nouveau…

  4. Augury on 11 février 2010 14:54

    Je trouve moi aussi que Dexter est très morale. Il suffit juste de croire que le monde se divise en deux camps : les gentils et les méchants (qui eux méritent de mourir). la dernière saison ne m’a pas franchement passionnée. On verra ce que donnera la saison 5.

  5. Emma on 11 février 2010 17:28

    Ben oui Dexter est un homme pour qui le monde est très simple. La saison 5 devrait lui fournir de quoi s’interroger… enfin on peut toujours espérer ;-)

  6. anjelica on 12 février 2010 6:01

    ;)

  7. Laids Livres on 12 février 2010 14:16

    Je n’ai jamais vu autant de pub pour une série que je n’ai pas vu…

  8. Emma on 12 février 2010 14:39

    … mais, heu, ce n’est pas de la pub : je ne suis payée ni par Canal+, ni par Showtime, et je ne suis pas non plus l’agent de Michael C. Hall, au cas où tu te le demanderais :-)
    Ce n’est que mon avis sur une des séries les plus intéressantes de ces dernières années. Jete y un œil !

  9. shield on 24 juillet 2010 15:14

    je ne suis pas d’accord avec ton analyse sur une en demi teinte concernant la saison 4 ; elle relève le niveau de la saison précédente et effectivement , après quelques épisodes poussifs , on entre dans le vif du sujet à savoir deux tueurs en série qui tentent de donner l’illusion d’une vie familiale et sociale dans les normes de l’Amérique bien pensante
    Pour mémoire , le passager noir ne semblait en phase de coma lors de la scène de Thanksgiving où Dexter tenta de “calmer” à l’aide de son instrument favori les humeurs du Trinity envers son fils
    Non la saison 4 se révèle au final et tout comme le final justement excellente et on attend la suite avec grande impatience
    S.

Laisser un commentaire